mercredi 30 mars 2011

Le carton de ma différence


J'ai bien repensé à ce dont je vous parlais hier, dans le billet intitulé Le carton de mon indifférence.

J'y ai repensé, et si je vous en ai parlé hier, au fond, c'est parce que je n'avais pas avalé le morceau encore dans mon subconscient, comme quoi j'avais fait face à un grand dilemme jamais problématique auparavant: devrais-je ou non me la jouer héroïne de service lorsque mon oeil de lynx détecte des dangers potentiellement abominables dans l'optique du siècle 22?

C'est donc la tristesse de cette question révélatrice qui m'a amené à venir faire cette révélation choc, comme quoi j'ai vraiment eu envie de m'en contredéconcalicer de savoir si oui ou non il y avait un danger.

Mais de toute évidence, si j'en parle, c'est que je ne suis pas bien avec ce fait, et donc, ça va pas mal de soit que oui, hélas, je suis damnée à être une citoyenne responsable, au risque de paraître alarmante avec ma perruque sur la tête la prochaine fois que je dérangerai le break syndical de mon prochain afin qu'il vienne régler le problème.

Pis j'suis vraiment un peu fière de ça.


mardi 29 mars 2011

La tuque, tout comme la perruque, protège le cerveau. (Ajout)


Mais qu'est-ce qu'un cerveau? vous demandez-vous, assurément, à l'instant même.

Voici une petite chanson qui ne répondra en presque rien à cette interrogation.


Ajout: Après une longue retenue de ma part, puisqu'on est dans le mood, écoutons, tous ensembles, cette chanson ode au cerveau de Charlie Sheen, en hommage à sa phrase: If you borrow my brain, you'd be like, dude, can't handle it!

Le carton de mon indifférence



Cet après-midi, j'avais un rendez-vous dans le coin du métro Fabre. Quand j'arrive sur la ligne bleue à Jean Talon, direction St-Mich, je fixe dans le vide en regardant la track.

*musique d'ambiance new age pour refléter cet état*

Tout d'un coup, je sors de la lune, et mon regard s'arrête sur une boite de carton, posée à côté des rails, contre le mur en face de moi. Hmmm… j'avais l'impression d'avoir trouvé la dernière réponse du quiz "les 7 erreurs".

Donc, dans ma tête, ça dit : Wo, ça doit ressembler à ça, un colis suspect. J'ai l'air d'être la seule à le remarquer, malheureusement, mais croyez moi, il était bien là.

Entre donc en scène mon alarme intérieure de dangers possiblement imminents.

"Il faudrait que je le dise à quelqu'un, même si c'est sûrement rien…"

Je m'imagine alors aller le dire à un employé, et passer pour une crisse de folle.

Hmmmm…. *sueurs*

Puis, je contemple dans mon imaginaire les possibles conséquences de mon inaction, version graphique. *plus de sueurs*

Pas d'employé en vue durant les quelques minutes que dure mon trajet. Puis, je sors via une sortie automatisée. Il faudrait chercher, bref me déplacer à l'autre sortie dans le but de prévenir quelqu'un.

"Ah pis allez donc toute chier (me dis-je), j'en ai plein le cul d'essayer de sauver le cul des autres épais."

La morale de cette histoire?

Je suis entrain d'apprendre la leçon qu'on m'a enseigné, comme quoi dans la vie, vaut mieux s'en calicer, peu importe les conséquences.

Merci, contemporains. Je vous le revaudrai bien, un jour ou l'autre, peu importe ce qui adviendra.

"D'la lutte, quand Tarzan Tyler s'est fait couper les cheveux!"


Le jeune PFK Kid dans Pea Soup de Pierre Falardeau est vraiment, vraiment fascinant. Son honnêteté est touchante, drôle, pathétique. Tout ça parle donc beaucoup au plus profond intérieur des siècles prochains, qui contiennent eux aussi des caractéristiques similaires.

lundi 28 mars 2011

"Judging by the pollution content of the atmosphere, I believe we have arrived at the late twentieth century." --Spock 'The Voyage Home'


Via le Facebook de MC Gilles: Spock l'artiste!


À noter: l'usage de la perruque farfelue pour personnifier les méchants.

Le look hérisson



Le hérisson est un animal touchant. En voici pour preuve une petite histoire que j'ai déniché ici alors que j'étais à la recherche d'une connerie à dire sur cet animal:

Le Hérisson et les gazelles

On rapporte qu'un hérisson parcourait les sentiers de la forêt sur les traces des gazelles.

Chaque fois qu'il rencontrait un animal en chemin, il s'enquèrait auprès de lui si aucune gazelle n'était, à sa connaissance, passée par là.

Un jour, il rencontre un renard qui voulait mettre notre hérisson face à la réalité et lui enlever toute illusion : "Comment peux-tu, cher hérisson, te fatiguer tant à poursuivre des gazelles, n'as-tu pas encore compris que celles-ci sont aussi rapides que le vent et que tu n'as aucune chance de pouvoir en rattraper aucune !! Débarrasse-toi donc de cette obsession et mets ton âme en repos".

Ce à quoi le hérisson répondit : "Je sais, cher ami, que mon pas est lent et que mes yeux distinguent à peine la lumière, mais sache que je n'ai dans la vie qu'une seule prétention : mon seul espoir, vois-tu, est de mourir sur le chemin des gazelles."

Telle est la force de l'absolu, qui nous pousse en avant.


…Quelle magnifique fable digne de notre quête illusoire vers le 22ième siècle.

Cela étant dit, vous pouvez maintenant écouter ces 2 vidéos suivantes en toute sérénité. On y perçoit une technique de perruquisation hérissonière, presque bonne pour l'environnement, si on fait abstraction des 'tits arbustes abattus pour la manufacturation des 'tits cures-dents.


(Photo sans lien)

Version poils d'en haut:




Version poils d'en bas (d'la face)

Pour une durée de temps limitée seulement!

C'est encore une fois à ce moment-ci de l'année qu'on attend avec impatience l'arrivée du Maire Innondeur à proximité des pancartes électorales près de chez-vous!



PS: Qu'advient-il de lui l'hiver?

dimanche 27 mars 2011

La perle du dimanche

Comment rendre un insupportable classique apte à traverser le mur du temps, et devenir pertinent pour maintenant et peut-être bien aussi demain?

Comme ça:

mercredi 23 mars 2011

Des fois, dans la vie, la Madamisation est inévitable



C'est en remarquant le fait que je souriais dans le vide depuis plusieurs minutes que je me suis rendu compte que j'étais entrain de regarder des annonces de serviettes sanitaires en rafale sur les internitchs.

Laura Bush m'imitant, usant de son plus beau sourire vide.


Venez donc voyager à travers ce monde de découvertes fascinantes avec moi. Avouyèye, embarque dans le char, on part.


LES RÉSULTATS DE MON ENQUÊTE EXHAUSTIVE


L'art de la snatch sanitaire selon la tradition québécoise:



Ces asiatiques qui aimaient trop les popotins:



Les émotions orientales:



Des capsules un peu trop éducatives:



Mais aussi des chansons:




Le pouvoir de se faire sentir le cul sans arrière-pensée parano:


L'égalité des sexes au volant de vos ailes d'entre-jambes:


C'est toute.
Allez vous-en. J'ai besoin de me recueillir.

mardi 22 mars 2011

My 2 cents-tisation


Depuis hier, on parle de "Madamisation", "Bonhomisation", et puis de la "Mouettisation" des médias, entre autres chez l'ami Lagacé. Excellent débat à observer. Mais il y manque quelque chose d'évident… et les quêtes en recherche d'évidences, moi j'suis bin bonne là-dedans.

Pour cette mission, mon rôle est clair, précis, honorable et d'une grande responsabilité, quoi que complètement superflu. Ce rôle qu'est le mien, ma destiné, quoi, n'est rien de moins que de vous rappeler la relativement récente (dans l'histoire de l'Homme) mais ô combien alarmante "perruquisation" des médias ambiants, jamais encore décriée sur la place publique.

Tsé, quand je voyage sur les lieux officiels de la communication, de plus en plus je retrouve cet aspect général magnifiquement lustré et tout à fait irrésistible, qui siège au dépend de la qualité du contenu de chaque fibre de cheveux synthétiques de l' information. (Ou dans de très rares cas, directement d'une touffe de cheveux biologiques placés en adoption). Car une feuille de papier glacée en métaphore donne plus faim qu'une recette de jus de pruneau tout aussi métaphorique. (Je suis certaine que vous me suivez. Allez, avouez-le.)

Et je me reconnais dans ça. C'est fait pour moi, parce que je le vaux bien. Mais surtout, parce qu'il le faut bien. Je trouve ça doux au toucher et agréable à l'oeil. Comme quoi une bonne infographie de la tignasse et un traitement de texte automatisé valent mieux qu'un poème de William Burroughs transcrit sur une vieille napkin de chez Jimmy's. Ya pas de mystère dans ce phénomène: j'aime mon TV Hebdo sans cerne de tasse de café dans la face de ma star de la semaine.

À quoi bon du laid, du sale et de la calvitie débutante dans ce 22ième siècle en devenir, quand on peut se réconforter dans un renouveau de poils bien lisses déjà coiffés pour nous?

Non seulement c'est pratique pis beau, mais en plus, c'est accessible aux hommes comme à la fèhmme.

J'vois pas oussé qu'il est le chiar.

1993 était une année clé pour l'atterrissage du 22ième siècle

Mon amie Hhhhhhhélène a trouvé une perle!


Pour une raison obscure, j'aime encore plus les femmes des utilisateurs que les utilisateurs de ce produit révolutionnaire eux-mêmes! (Excepté le gars avec la moustache qui sourit comme un évadé d'hôpital psychiatrique.)

Merci, mon amie, merci.

lundi 21 mars 2011

Fail de nouvelles (Un fail poche volontairement failé)


Ça fait toujours ma journée de voir des accidents de la sorte.
Suis-je donc si insolente? (Sondage du jour)

dimanche 20 mars 2011

Le mystère du sarrau



Interrogation du jour:

Quoi qu'il soit presque crédible que les médecins décident à l'occasion de porter le sarrau au travail…en quoi ce déguisement est-il utile pour les pharmaciens?


J'ai soif de réponses.

Le 22ième siècle, contrairement au nucléaire, ne se chie jamais dessus.


Je suis sans mots, tellement c'est bien expliqué.

Via P45 qui a trouvé ça via Rue89

vendredi 18 mars 2011

Le 22ième siècle et les Mayas



Grande nouvelle, ce matin. Ceux qui s'étaient inscrits pour la fin du monde en 2012 vont être franchement déçus de voir leur plan ainsi ruiné, mais il semble qu'ils pourront se reprendre au 22ième siècle, annonce TVA Nouvelles.

"Selon de récents calculs, la fin du monde prévue dans le calendrier maya aura lieu... en 2116.

La présumée date fatidique du 21 décembre 2012 était le résultat d'une erreur de 104 ans, rectifiée par deux scientifiques allemands, grâce à un code maya conservé à la bibliothèque de Dresde."

Toi, quelle perruque tu veux porter pour le grand jour?

Ma perruque de Maya

mardi 15 mars 2011

La découverte musicale sympa du jour qu'est ce jour d'aujourd'hui



Merci à LMS, être constamment riche en pistes culturelles et actuelles, pour cette vidéo qui redonne un air de printemps à l'ère des temps modernes.

En attendant demain, écoutez donc ça.

Zaz mais pas Le Zaz Bar. Olé.


Sexy saxman : l'envers du décor avec des cool emos qui portent le mullet en extension capillaire


De rien. Non non. Je vous en prie, vraiment. Ça me fait über-plaisir.

Buzz Aldrin est un sapré bon monsieur...

Faites un gros X en forme de perruque sur votre calendrier, je viens vraiment de penser et d'écrire le mot "sapré," sans presque aucune pellicule d'ironie.




Aucunement futuriste, le passé contient parfois de belles leçons pour les contemporains d'un siècle. C'est pourquoi j'ai envie de vous faire voir (ou revoir) cet extrait d'une entrevue entre Ali G et Buzz Aldrin, l'astronaute comique, si j'ai bien écouté dans mon cours d'anglais en 4ième année… (Il me semble qu'on parlait beaucoup plus de planètes et de systèmes solaires lorsque j'étais à la petite école que de nos jours dans mes conversations quotidiennes. Et dans les vôtres alors? Comment se porte le système solaire en l'adulte que vous êtes devenu, dites-moi?)


Appolo, reprezent respektktktk!

lundi 14 mars 2011

Le pire mot de tous les siècles passés et à venir...

…est sans aucun doute, le mot jojoba.


-Hmmm….as-tu envie de te mettre une belle petite crème de jojoba dans la face?

-Non merci.

dimanche 13 mars 2011

Flout flout flout fut flout fout fout….


Je me suis tellement étouffée de rire après 15 secondes de cette vidéo, que je n'ai pas attendu que mes larmes de détresse respiratoire ne sèchent avant de copier-coller tel un tatou permanent cette oeuvre fantasmagorique sur cette peau lisse du 22ième siècle qu'est ce blogue.


Puissant.

vendredi 11 mars 2011

Fissure temporelle permanente



On m'apprend à l'instant dans mon oreillette qu'un énorme nid-de-poule aurait fracturé à l'instant ma conception personnelle de la Ligne du Temps, entre 2009 et 2100.

Correction! On m'averti qu'il s'agirait d'un trou préexistent. Il s'agit en fait d'un site d'enfouissement des déchets qui a toujours été là. On me précise qu'il s'agit donc plutôt d'une montagne que d'un cratère.

Tout fonctionne comme sur des roulettes. Oubliez ça.

-30-

Merci Steve Proulx pour cette photo volée à ton insu.

Sur-utilisons le terme tsunami en créant un tsunami du mot tsunami



Vous saurez qu'à Hawaï, un nombre élevé de commerces usent du mot "tsunami" dans leur branding…



Autant ce mot représente une terrible réalité pour ceux qui l'aurons vécu dans leur vie, autant c'est un terme clé que les gens qui n'ont pas eu la malchance de s'y frapper ADORENT lire sur un affichage publicitaire, voire éventuellement dans les manchettes de journaux.

C'est pour faire plaisir à tous ces cancres que j'ai décidé de faire un spécial "mauvaises métaphores géologiques" et autres jeux de mots de marde.

1.2.3.GO.

- "Quand je me sèche les cheveux au séchoir, c'est comme un tsunami capillaire qui me tombe sur la tête. "

- "Fabienne Larouche, ce tsunami de l'écriture télévisuelle. "

- "Mitsou n'a mis aucun sous-vêtement aujourd'hui."

- "Un tsunami, c'est quand Dieu bouche sa toilette et reflushe trop vite."

- "Tsunami assez pour l'instant des jokes poches de tsunamis." *rires étouffés pathétiques.*



FIN

(Intermède musical)

mercredi 9 mars 2011

L'animal mascotte du siècle prochain….



…est le ratel, animal que je ne connaissais pas avant d'en apprendre l'existence via le Facebook de Martin Petit. (Ratel = mélange des mots "rat" + "cartel")



Ce p'tit pit là, yé tellement bad-ass (dit avec une voix d'Alex Perron) que s'il connaissait les rallonges capillaires, il se pitcherait dessus sans craindre les préjugés du monde extérieur, ni même les vilaines morsures de perruques venimeuses. He just doesn't give a shit.

lundi 7 mars 2011

dimanche 6 mars 2011

Des proverbes à retenir

J'étais entrain d'attendre que mes points de suture deviennent des points de futur, lorsque j'ai vu ça sur Facebook.


Cette sur-information fait bien du sens, une fois que la première plaie mentale est guérie. (Phrase-hommage à Sheryl Crow et son insupportable "The first cut is the deepest".)

jeudi 3 mars 2011

mercredi 2 mars 2011

Faire évoluer le royaume animal à sa façon.


Mon premier chien, il s'appelait Vadrouille. Il était tellement mignon, vous ne croiriez pas à ça. Et son nom lui allait à ravir, en tant que parfait outil de ménage.

Mon prochain canin (d'ici les 10 prochaines années) s'appellera probablement Perruque.

Imaginez comment il va être cute, lui aussi. Il sera également très utile pour l'Homme avec un grand H.


Un gros tas de Perruques.


J'ai hâte.

mardi 1 mars 2011

Pénibles platitudes, à vendre.


J'étais entrain d'attendre que le 22ième siècle arrive, lorsque j'ai soudainement pensé que les pubs pour les Fonds Dynamique, qui jouent quand on veut regarder une vidéo sur Cyberpresse, ben c'est de la grosse crisse de marde. (BURP!)

Non, de dire qu'une cornemuse c'est une grosse sacoche avec des tuyaux qui gâche une parade, c'est pas comique. D'ailleurs, c'est hot en sale, des cornemuses. Pis non, de la barbe-à-papa, c'est pas inutile comme de manger un caniche rose. Osti de gang de fuckés...

De regarder ces pubs, par contre, ça, c'est très inutile, et ça pourrait être susceptible de gâcher la parade du 22ième siècle.

Concepteur de pubs poches… ta mère te l'a sûrement pas dit, mais t'es pitoyable… De te le faire savoir ici, maintenant, est vraiment le seul service\conseil que je peux te rendre en retour.