samedi 12 juillet 2014

L'aiguiseur et sa clochette

On va régler quelque chose.

 La première fois que j'ai entendu parler de l'aiguiseur de couteaux, j'ai trouvé ça surréel. Depuis, quand j'entends une cloche pas rapport dans les rues, je me dis: c'est l'aiguiseur de couteaux. Je ne vous explique pas ce qu'est l'Aiguiseur avec un grand A à couteaux, puisque depuis que j'ai été mise dans le coup de la connaissance, je suppose que tout le monde est supposé connaître l'aiguiseur, un peu comme tout le monde connait le Bonhomme 7 heures. Le savoir de base en culture générale de la cuisine urbaine, quoi.



Ce soir je l'ai entendu au loin, se rapprochant auditivement, puis j'ai commencé à réfléchir à son commerce. Genre, quel est son chiffre d'affaire?

Est-ce une business steady? 4 saisons?

Est-ce que c'est une tradition de père en fils?

 Sommes-nous Élu aiguiseur de couteaux?

Combien ça coute, et prend-il Interac?

Mais la plus question des questions est : puisque mon contact avec lui n'a toujours été que sonore, comment ferais-je pour le reconnaître, la fois ou je jugerai que j'ai besoin d'un aiguisement de tout urgence? Suis-je supposée sortir sur le balcon en brandissant mes couteaux dans les airs, dans l'espoir qu'il me reconnaisse?

Hey. Je suis revenue. Allô!

2 commentaires:

  1. Bon retour, tuque à la lame éméchée !
    Je te souhaite un aiguisement tout en douceur.
    ;¬)

    RépondreSupprimer

Le 22ième siècle vous remercie de votre présence, et espère que vous passez un agréable moment en compagnie de votre perruque.