mardi 17 juillet 2012

Chronique de type Claude Poirier et faits divers

Je dois confesser: jusqu'à l'an dernier, j'étais convaincue que l'expression "entrée par effraction" se disait "entrée par infraction". Même que des fois, il faut que je m'auto-corrige en plein milieu du terme.


Je suspecte fortement que le dit-vidu Claude Poirier soit le responsable du fuckyall de mon éducation en matière de justice et faits divers.

Cela dit, c'est plein de bon sens pareil, d'entrer par infraction, puisque tu entres par effraction, qui est, j'en suis presque certaine, mais pas vraiment, une infraction.

Mais encore faut-il deviner de quelle infraction il s'agit, dans le cas ou ce serait une entrer par infraction pas effractionnée. Comme par exemple, une simple ado de 14 ans qui fait une entrée dans un centre d'achat, vêtue d'une cabine de bronzage en marche. Ou serait-ce plutôt d'entrer dans une auto avec une bouteille de fort à la main après en avoir bu la moitié, qui est à la fois une infraction puisque la bouteille est ouverte sur la voix publique sans permis d'alcool, et aussi une conduire en faculté affaiblies sans conduite.

Faut vraiment que j'envois un rapport à la Ministre bientôt à ce sujet.


2 commentaires:

  1. Ça arrive même aux meilleures perruques de faire l'erreur.

    Puisque ça reste dans le thème, sachez qu'une arme contondante ne coupe pas et ne perce pas. Donc, un couteau n'est pas une arme contondante.

    Et pour conclure, on dit coup de semonce et non coup de semence... sauf peut-être si vous êtes un cultivateur qui dit à sa femme : "Chérie, je vais aller faire un coup de semence".

    µP

    RépondreSupprimer

Le 22ième siècle vous remercie de votre présence, et espère que vous passez un agréable moment en compagnie de votre perruque.